REUSSIR UNE PRISE DE PAROLE EN PUBLIC

1. La préparation

 -Le choix du sujet doit répondre à un intérêt collectif —Le plan de l‘exposé doit permettre de situer le contexte, l'objectif visé et le point de départ et d'arriver —L'exposé doit contenir un message fort qui est ancré à plusieurs reprises sous des formes différentes ( minimum 3 fois) . —Le discours doit être captivant, car il s'agit de maintenir une écoute active Tout le paradoxe tient dans le fait que « la prise de parole en public » doit être travaillée et maîtrisée et dans le même temps paraître spontanée, vivante et attrayante) En toutes . circonstances il faut savoir prendre en compte l’instant présent qui sera toujours différent de ce que vous avez pu imaginer, ce qui implique de s'adapter à ce qu’on pourrait nominer les accidents. la chose imprévisible. Il s'agit donc de faire cet exercice avec une grande concentration sans pour autant s'abstraire de cet instant présent, de l'environnement, au contraire il faut s'en servir pour rebondir.

2. La conviction

On pourrait dire que tout est possible avec de la conviction, dans l'espace qui nous appartient.
Principe de base « si vous n’y croyez pas, personne ne pourra y croire » La conviction passe pm l’iritellect mais aussi par le_corps. Ne jamais servir l'un au détriment de l'autre. Il faut mobiliser tout le corps et tout l’esprit. Si un endroit « n’existe pas », la conviction perd de sa force et de son ampleur. La conviction existe partout ou elle n'est pas. (cela se perçoit notamment à travers un corps bien ancré dans le sol. des propositions gestuelle: et intellectuelles qui s'æsument.jœqu‘au bout. ..) ; ) 

3. La présentation 

Elle doit être séduisante, plaisante et donner envie d’être écouter . -Lec supports visuels peuvent être un plus _ 

4. La voix

Clairÿposée, assurée -Cela se gagne avec une respiration calme, un débit pas précipité qui s'aut0rise des ruptures (silences, ralentis ou accélérations choisies) 

5. L’articulation

 Se servir des consonnes comme appui. c‘est l'équivalent d'un squelette pour un corps 

6. Le regard

 -La précision du regard raconte la clarté du discours et permet de garder les gens avec sor. .
-Un groupe se prend en compte de plusieurs manières. alternance de directions (précise et globale). Dans tous les cas toujours être aux aguets—. pour être en mesure d’appréhender le mieux possible l’espace qui vous entoure, la composition de l'auditoire et sa réœpüvitê.

7. Les attitudes

ll s’agit avant tout de garder une attitude ouverte qui montre l‘intérêt vers le groupe —Garder toujours le corps disponible. réceptif et stable. Toutdoit servir votre prise de parole.

8. L’adresse 

-Adapter sondisœuæàsonaudîœiæ sanspourautant le détourner, ni.créerune trop , grande dépendance.

9.Le vocabulaire

 -Il doit être simple et cohérent, évitez les mots techniques et les abréviations -Le vocabulaire doit être précis pour éviter toute interprétation ou extrapolafion -_Lediscoms part du «je ». pour arriver au c_< nous » ‘ -Il fait éviter les messages destructeurs, le discours reste constructif et positif.

10.Le potentiel

C‘est un investissement total" et dans le même temps il ne fautjamais être au taquet Il faut toujours garder une marge, dans—la voix. dansk-corps. Ce qui permet de maîtriser son intervention, en s'ajustant à l’auditoire en fonction de sa réceptivité.

11”.La conclusion - ' 

C'est comme une chute dans une blague ou une histoire, la conclusion doit marquer l'auditoire ' WŒ—M—_' 

jeudi 04 janvier 2018

  « Quand il faut absolument éviter le silence: FAIRE REPETER LA QUESTION. (gain de temps) » pierre

jeudi 04 janvier 2018

  « REFORMULER LA QUESTION (gain de temps) » pierre

jeudi 04 janvier 2018

  « Questionner: vérification de compréhension (gain de temps). » pierre

jeudi 04 janvier 2018

  « DONNER UNE ANECDOTE. UNE RÉFÉRENCE HISTORIQUE. UN EXEMPLE (gain de temps). » pierre

jeudi 04 janvier 2018

  « LA METHODE CPP:
. "je Constate" : rappel ou apport des FAITS PRECIS (objectivité)
. ”je Pense" : analyse
. "je Propose” : action. » pierre

jeudi 04 janvier 2018

  « utilisables en cas de statistiques : analyse du chiffre (dans les deux sens); analyse du concept. » pierre